Capture d’écran 2020-11-02 à 09.25.27.pn

Le grand projet

 

Un territoire exceptionnel

Terre d’excellence de produits rares comme la prune d’ente, la noisette, le kiwi, Le site se caractérise aussi par sa capacité à être une voie de passage depuis toujours par l’eau et la terre. C’est même devenu au XIXeme siècle un foyer expérimental d’horticulture entre l’introduction du bambou en France et surtout la création des hybrides de nénuphars dont Latour-Marliac en est à l'origine. Cette terre est irriguée partout par ses sources, son bassin du Lot et ses affluents. Le village du Temple sur Lot joue le rôle de port d’échanges et de rencontres pour toutes les communes du Lot et Tolzac, réparties au Nord du Lot dans ce territoire de la « petite Toscane ». Cette terre est inspirante et vivifiante, elle invite à poursuivre sa vocation de foyer horticole expérimental en foyer artistique expérimental.


L’objet de ce projet s’inscrit dans cette dynamique et donne des promesses de nouveaux motifs aux artistes et aux créateurs, en général, cuisiniers, jardiniers, photographes, artistes et artisans. Il formerait une nouvelle route « impressionniste » tout comme la vallée des peintres de la Creuse. Il agirait comme un révélateur pour attirer bon nombre de peintres et de photographes, de cuisiniers et de producteurs. Il jouerait aussi le rôle tant attendu de dynamisation de la ruralité française entre les deux grandes Métropoles Bordeaux et Toulouse, et autour de deux personnalités, maitres dans leur Art : Claude Monet et Bory Latour-Marliac. 

Ce projet s’appuie sur les recommandations de la communauté européenne témoignant de la « nécessité de maintenir un tissu social dans les régions rurales, de conserver l’environnement naturel et de sauvegarder le paysage créé au cours de deux millénaires d’agriculture ».

Le territoire jouit d'une grande quantité de bastides, certaines considéré comme de véritables joyaux médiévaux. Monflanquin et Villeréal sont toutes les deux classée parmi les Plus Beaux Villages de France. Son plan octogonal, la densité et la qualité de son architecture font de Monflanquin fondée par Alphonse de Poitiers, grand inventeur des bastides, l’une des plus exemplaires. Elle abrite d’ailleurs le musée des bastides et remonte le temps chaque été à l’occasion des Journées Médiévales. Villeréal a conservé sa halle en bois du 14e siècle, son église fortifiée et le dynamisme de son marché traditionnel. Villeneuve-sur-Lot, construite à cheval sur le Lot, est devenue une ville prospère à l’époque où les marchandises étaient acheminées par la rivière. Elle est aujourd’hui au cœur du Pays d’Art et d’Histoire du Grand Villeneuvois. Pour finir Pujol, petit village médiéval perchée à 180 m d'altitude, dominant la Vallée du Lot.

Capture d’écran 2020-12-11 à 13.54.44.pn

Monflanquin

ville-villeneuve-sur-lot-sigems-1-1160x4

Villeneuve-sur-Lot

Capture d’écran 2020-12-11 à 13.53.35.pn

Villeréal

vue-village5.jpg

Pujol

Le temple-sur-Lot

 

Au coeur de ce territoire exceptionnel se trouve le Temple-sur-Lot. Entre histoire et arts, ce village dispose d'atouts exceptionnel comme la Commanderie templière bâtie du 12ème au 16ème siècle, aujourd’hui dans un état remarquable, ou encore son village fortifié historique préservé « dans son jus » qui nécessite une redynamisation et une valorisation urgente tant les maisons à pans de bois semblent fragilisés.

temple.jpg
templo.jpg
templa.jpg

Deux illustres personnages

 
bory.png

Joseph Bory Latour-Marliac (1830-1911)

Né en 1830 à Granges sur Lot, dans le Lot et Garonne, Latour Marliac décide de faire l’acquisition d’un terrain au Temple sur Lot à l’âge de 20 ans. Une vaste propriété de 2,5 hectares, traversée par des cours d’eau sur laquelle il va développer sa première idée : développer une collection de bambous.

 

Dans les années 1880, Mr Latour-Marliac envisage un nouveau projet colossal : créer des variétés de nénuphars rustiques. Son idée est de croiser l’unique variété rustique d’Europe (blanche) avec d’autres variétés sauvages dont l’origine était d’Amérique et d’ailleurs. Rapidement, Latour-Marliac fut capable de construire une collection de nénuphars très diverse dont la palette allait d’un jaune délicat au fuchsia jusqu’au rouge intense. 

En 1889, le botaniste eut le sentiment que sa collection était suffisamment importante pour être présenté à l’Exposition Universelle de Paris. C’est alors que ses nénuphars hybrides firent sensation auprès des spectateurs, dont un certain Claude Monet.

Considéré comme le père de l'impressionnisme, le célèbre peintre passa de très nombreuses commandes de nénuphars et autres plantes aquatiques à la pépinière du Temple-sur-Lot. Ces plantes sont à l’origine de ses célèbres toiles, dont la série Les Nymphéas, exposée au Musée de l’Orangerie à Paris.

Méconnu du grand public, Latour Marliac a eu un rôle majeur dans le monde du végétal, de l’art et de la culture au début du 20éme siècle.

 

claude.png

Claude Monet (1840-1926)